Dr Olivier Brachat - 75 rue de Rennes - 75006 PARIS                 Rendez-vous : 01 45 49 16 28

Cheveux et cuir chevelu

Alopécie androgénique

Hommes et femmes peuvent souffrir d'une diminution progressive de la densité de la chevelure, dont le retentissement  esthétique et psychologique peut être important.

 

Un bilan biologique simple doit être réalisé, mais révèle rarement de réels problèmes.

 

 Traitements efficaces 

L'information grand public, via les magazines, ne propose en règle générale que des solutions commerciales, coûteuses et surtout inefficaces, alors qu'il existe des traitements médicaux simples (hormonothérapie, anti aldostérone  et anti androgènes pour les femmes, inhibiteurs de la 5 Alpha réductase pour les hommes) qui arrêtent réellement dans presque tous les cas la chute et entrainent fréquemment une repousse nette. 

 

Plus récemment, un analogue des prostaglandines  utilisé en ophtalmologie, a montré d’étonnants résultats en application locale, allant jusqu’à la repousse de cheveux sur des zones fortement dé-densifiées. 

Tous ces traitements ne sont accessibles que sur ordonnance.

 

Le Minoxidil est amplement utilisé mais  donne  pas pour autant  de résultats très  convaincants. 

 

La pelade est une affection qui survient dans le cadre d’épisodes de stress et d’inquiétude, et réalise des plaques arrondies plus ou moins nombreuses ou tous les cheveux tombent en quelques jours, pour repousser dans la majorité des cas après quelques mois, sans traitement.

 

L'état pelliculaire est une condition chronique de nature variable (psoriasique, fongique …) et ses traitements sont à adapter à la cause.

 

Chute de cheveux masculine :  
                              


Un patient de 22 ans perdant prématurément ses  cheveux
(alopécie androgénique, héréditaire)
Ce type de calvitie précoce évolue vite et la calvitie est
totale à 25-30 ans 
Traitement proposé (et suivi scrupuleusement) :
 Finastéride 1,25 mg/jour

 

                   1 an après  

              Les cheveux arrêtent de tomber après 4 mois de prise,
              puis repoussent d’autant mieux que le sujet est jeune.
              L'amélioration va se poursuivre encore un an puis se stabilisera.